Fermer
Veuillez choisir votre langue

Cette page n'existe pas dans cette langue

Trouvez le site Web Coloplast de votre pays

Évaluation de la plaie et rapport

La cicatrisation d’une plaie est liée à l’état général du patient. Ainsi, une évaluation exhaustive du patient est essentielle lors de la planification et du choix du traitement. En savoir plus sur l’évaluation de la plaie et les rapports

Rapport sur le patient

Lors de l'évaluation et du rapport sur le patient, assurez-vous de noter ce qui suit : 

  • Antécédents médicaux complets, comme le diabète, les maladies vasculaires, un système immunitaire affaibli, les affections du tissu conjonctif et les allergies
  • Médicaments
  • État nutritionnel
  • Hygiène de vie, p. ex., tabagisme, consommation d’alcool ou mobilité réduite
  • Troubles psychologiques 
  • Qualité de vie 

 

Évaluation de la plaie

Le diagnostic de la cause sous-jacente d’une plaie fait partie intégrante de l’évaluation de celle-ci. Vous ne pourrez traiter la plaie qu’après en avoir déterminé la cause. Vous devrez également évaluer le lit de la plaie et la peau périlésionnelle. À l’issue de ces évaluations, vous pourrez choisir le pansement le plus approprié. 

 

Rapport sur le patient

Lors de l’évaluation de la plaie et du rapport sur le patient, vous devrez noter ce qui suit :

  • Localisation, taille et type de plaie
  • Caractéristiques du lit de la plaie : tissu nécrosé, tissu de granulation et infection
  • Odeur et exsudat (aucun, faible, modéré, important)
  • État de la peau périlésionnelle (normale, blanche, luisante, chaude, rouge, sèche, squameuse, mince)
  • Signes cliniques d’infection de la plaie (retard de cicatrisation , odeur, tissu de granulation anormal, douleur accrue et exsudation excessive)
  • Douleur de la plaie (localisation, durée et intensité de la douleur, nociceptive ou neuropathique) 

Dans de nombreux pays, Coloplast propose des formations portant sur l’évaluation et la prise en charge des plaies à l'intention des professionnels de la santé.

Fermer

Type de plaies

Ulcères de jambe

Quatre plaies chroniques sur dix sont des ulcères de jambe veineux. En savoir plus sur les ulcères de jambe et les options de traitement

Références

1. Fogh et al. Wound Repair and Regeneration 2012;20: 815-821

2. Gottrup et al. Wound  Repair and Regeneration 2008;6:615-25

3. Palao I Domenech et al. Journal of Wound Care 2008;17(8):342-48

Les trois types d’ulcères de jambe les plus fréquents sont :

  • Ulcères de jambe veineux (70 %)
  • Ulcères de jambe artériels (10 %) 
  • Ulcères de jambe mixtes veineux et artériels (10 à 15 %) 


Ulcères de jambe veineux

Les ulcères de jambe veineux sont causés par un dysfonctionnement des valves veineuses ou à une déficience de la pompe musculaire du mollet. Dans les deux cas, le sang n’est pas renvoyé assez puissamment vers le cœur. Il en résulte une pression veineuse accrue, qui peut provoquer un œdème. Par ailleurs, un niveau de fluide accru entre les cellules peut causer la mort de celles-ci, ce qui entraîne des ulcères. C'est pourquoi la thérapie de compression est une composante essentielle du traitement des ulcères de jambes veineux.

Les ulcères de jambe veineux se retrouvent souvent au tiers inférieur de la jambe et ils se caractérisent par :

  • une forme irrégulière
  • une pigmentation brunâtre de la peau péri-ulcéreuse (souvent accompagnée d’eczéma)
  • un pouls pédieux normal

Les ulcères de jambe veineux sont souvent douloureux, surtout pendant le jour. L’élévation de la jambe peut soulager quelque peu la douleur.

Ulcère de jambe

 

Ulcères de jambe artériels

Les ulcères de jambe artériels sont causés par un apport sanguin insuffisant à la jambe ou au pied en raison de l'artériosclérose. Ce problème réduit l’apport en oxygène et en nutriments aux cellules, ce qui entraîne la mort des tissus et, éventuellement, des ulcères.
Les patients qui présentent un ulcère artériel ne doivent pas être traités par une thérapie de compression, mais une chirurgie vasculaire s’avère souvent nécessaire.

Les ulcères artériels apparaissent souvent au tiers inférieur de la jambe et sur le pied, et ils se caractérisent par :

  • Une forme plutôt régulière
  • Une peau péri-lésionnelle atrophique et pâle
  • Un pouls pédieux faible 

Un ulcère artériel peut être très douloureux, surtout au repos.


Ulcères de jambe mixtes artériels et veineux 

Les ulcères de jambe mixtes sont causés à la fois par des maladies artérielles et veineuses. La majorité des patients chez qui des ulcères mixtes sont diagnostiqués souffrent d’abord d’ulcères veineux et développent une insuffisance artérielle au fil du temps.


Besoins relatifs au traitement

Les ulcères de jambe veineux doivent normalement être traités par une thérapie de compression graduée. Cependant, certains patients ne peuvent pas supporter la compression complète. Les ulcères d'étiologie mixte exigeront probablement un niveau de compression réduit. Les ulcères de jambe artériels ne doivent pas être traités par une thérapie de compression.

Les pansements pour les ulcères de jambe doivent offrir une absorption supérieure et une gestion optimale des exsudats qui leur permet d'absorber et de retenir les exsudats sous des bandages de compression (ulcères de jambe veineux). Les pansements appropriés comprennent Biatain Silicone, Biatain non adhésif et Biatain Super.

Les pansements qui libèrent de l’argent, comme Biatain Ag ou Biatain Silicone Ag peuvent aider à prévenir ou à résoudre l’infection de la plaie.

Fermer

Ulcères du pied diabétique

Les infections d'un ulcère du pied diabétique augmentent de 155 fois le risque d’amputation (1). En savoir plus sur les causes et les options de traitement disponibles.

Références

1. Lavery et al. Diabetes Care 2006;29(6):1288–93 2

Jusqu'à 15 % des personnes diabétiques sont susceptibles de développer un ulcère du pied à un moment donné de leur vie. Les ulcères diabétiques ont un impact négatif considérable sur la vie des patients, et ils sont extrêmement sujets à une infection qui mène trop souvent à l'amputation. Cela confère à la maîtrise de l’infection une importance primordiale dans la prise en charge de l’ulcère du pied diabétique. 

Une prise en charge efficace de l’ulcère du pied diabétique exige une compréhension approfondie de la plaie : sa cause, son évolution, les risques et le traitement.

Les principales causes des ulcères du pied diabétique sont : 

  • Neuropathie
  • Mauvaise irrigation sanguine (ischémie)

Neuropathie

ulcère du pied neuropathique

La neuropathie est l'atteinte la plus fréquente du pied diabétique et elle est causée par des lésions nerveuses aux extrémités inférieures. L'atteinte est permanente et elle peut entraîner des pieds douloureux et une perte de la sensibilité, ce qui accroît le risque de blessure accidentelle. Le traitement demande une attention accrue aux pieds, des soins auto-administrés et des chaussures faites sur mesure. 

 


Mauvaise irrigation sanguine (ischémie)

Ulcère du pied ischémique

L’ischémie est très grave et constitue la principale cause d’amputation. L’ischémie est causée par une mauvaise circulation qui peut être due à l'artériosclérose ou à une occlusion des tissus. Une mauvaise circulation provoque une diminution du pouls (le pied est froid et bleu), ce qui entraîne la mort des tissus et le développement éventuel d’ulcères. Il se peut que votre patient ait besoin d’une intervention chirurgicale vasculaire. 

 

Infection

Ulcère du pied infecté

Le diabète peut altérer la capacité du corps à combattre l’infection. Non seulement les pieds sont plus sujets à l'infection, mais il est aussi plus difficile d'éliminer l'infection lorsque celle-ci s'installe. Il est donc impératif d’évaluer régulièrement le patient afin de prévenir les infections et d'y réagir rapidement.

 

Besoins relatifs au traitement

  • Traiter les causes sous-jacentes de l’ulcère du pied diabétique, si possible.
  • Afin de favoriser le processus de guérison, utilisez des pansements appropriés assurant le maintien d’un milieu humide et offrant une absorption supérieure et une gestion optimale des exsudats, comme les pansements Biatain non adhésifs ou Biatain Alginate
  • Les pansements qui libèrent de l’argent, comme Biatain Ag et Biatain Alginate Ag, peuvent aider à prévenir ou à résoudre l’infection de la plaie

Téléchargez nos conseils pour la prévention, l’évaluation et le traitement des ulcères du pied diabétique :

Les ulcères du pied diabétique : prévention et traitement : Un guide pratique de Coloplast (pdf).

Fermer

Ulcères de pression

Puisqu'ils multiplient par deux le risque de mortalité (1), les ulcères de pression exigent un traitement efficace en temps opportun. En savoir plus sur l'évaluation et le traitement des ulcères de pression

Références

1. Brem et Lyder. The American Journal of Surgery 2004;188:9S–17S

2.  NPUAP-EPUAP Pressure Ulcer Prevention and Treatment Guide, 2014 (pdf)

3. Gottrup et al. Wound  Repair and Regeneration 2008;6:615-25

4. Palao I Domenech et al. Journal of Wound Care 2008;17(8):342-48

5. Fogh et al. Wound Repair and Regeneration 2012;20: 815-821

Un ulcère de pression (ou ulcère de décubitus) est une lésion localisée de la peau ou des tissus sous-jacents, généralement au niveau d’une proéminence osseuse. Ce type d’ulcère est occasionné par une pression ou une pression associée à des forces de cisaillements (2). La pression empêche le sang de circuler correctement, avec pour conséquence la mort cellulaire, la nécrose des tissus et l’apparition d’ulcères. Les personnes en fauteuil roulant ou alitées (p. ex., après une chirurgie ou une blessure) sont particulièrement à risque.

 

Cause majeure de morbidité

Les ulcères de pression représentent une importante cause de morbidité et de mortalité, particulièrement chez les personnes qui présentent une perception sensorielle altérée, une immobilité prolongée ou un âge avancé. Les ulcères de pression se développent plus communément au niveau d’une proéminence osseuse, comme les coudes, les talons, les hanches, les chevilles, les épaules, le dos, et l’arrière de la tête.

 

Classification

Les ulcères de pression sont classés selon le degré de dommages tissulaires observés. En 2009, le comité consultatif EPUAP-NPUAP a convenu d'une classification en quatre stades (3) :

 

Catégorie/stade I : Rougeur non blanchissable sur une peau intacte.

Catégorie d'ulcère de pression/stade I : Rougeur non blanchissable sur une peau intacte.

Fesses, Stade I. Source : NPUAP&, utilisée avec autorisation.

Peau intacte avec érythème non blanchissable sur une zone localisée, généralement au niveau d’une proéminence osseuse. Peut aussi s’accompagner d’une décoloration de la peau, de chaleur, d’un œdème, d’une induration des tissus ou de douleur. La blancheur peut ne pas être visible sur une peau à la pigmentation foncée.


Catégorie/stade II : Perte de la peau d’épaisseur partielle ou cloque

Catégorie d'ulcère de pression/stade II : Perte de la peau d’épaisseur partielle ou cloque

Fesses, Stade II. Source : NPUAP&, utilisée avec autorisation.
Perte partielle de l’épaisseur de la peau qui se présente comme un ulcère superficiel et ouvert avec un lit rouge-rosé, dépourvu de tissu nécrotique. Peut également se présenter sous la forme d’une ampoule intacte, ouverte ou crevée remplie de sérum ou d’un épanchement sérosanguin.

 

Catégorie/stade III : Perte totale de l’épaisseur de la peau (graisse visible)

Catégorie d'ulcère de pression/stade III : Perte totale de l’épaisseur de la peau (graisse visible)

Ischion, Stade III. Source : NPUAP&, utilisée avec autorisation.

Perte totale de l’épaisseur de la peau La graisse sous-cutanée peut être visible, mais les os, tendons ou muscles ne sont pas exposés. Du tissu nécrotique peut être présent. Il peut y avoir présence d'espaces sous-minés ou de tunnellisation.

 

Catégorie/stade IV : Perte totale de l’épaisseur de la peau (muscle/os visible)

Catégorie d'ulcère de pression/stade IV : Perte totale de l’épaisseur de la peau (muscle/os visible) 

Coccyx, Stade IV. Source : NPUAP&, utilisée avec autorisation.

Perte totale de l’épaisseur de la peau avec os, tendon ou muscle exposé. Du tissu nécrotique ou un escarre peut être présent. Présente souvent un espace sous-miné ou une tunnellisation.

Catégorie/stade : Inclassable

Plaie inclassable

Perte totale de l'épaisseur de la peau ou de tissu pour laquelle la profondeur réelle de l'ulcère est complètement masquée par le tissu nécrotique (jaune, beige, gris, vert ou brun) ou l’escarre (beige, brune ou noire) dans le lit de la plaie.


Besoins relatifs au traitement (2,3)

  • La pression doit être soulagée ou éliminée par des mesures appropriées.
  • Le soin de la plaie doit être optimisé par :
  1. Un débridement des tissus nécrotiques
  2. Le nettoyage approprié de la plaie et de la peau périlésionnelle
  3. L’utilisation de pansements appropriés maintenant un milieu humide

Les pansements adaptés au traitement des ulcères de pression sont les pansements de mousse ou d’alginate qui offrent une absorption supérieure et une gestion optimale des exsudats, comme Biatain Silicone, Biatain adhésif ou Biatain Alginate . Les pansements qui libèrent de l’argent, comme Biatain Ag ou Biatain Alginate Ag, peuvent aider à prévenir ou à résoudre l’infection de la plaie.

 

 

Téléchargez nos conseils pour la prévention, l’évaluation et le traitement des ulcères de pression :

Ulcères de pression : prévention et traitement : Un guide pratique de Coloplast (pdf)

Fermer

Plaies aiguës

Les plaies aiguës doivent être traitées rapidement afin d’arrêter le saignement et de protéger les tissus. Pour en savoir plus sur la gestion des plaies aiguës

Références

1. Enoch et Price 2004. (http://www.worldwidewounds.com/2004/august/Enoch/Pathophysiology-Of-Healing.html)

2. Winter. Nature  1962;193:293

3. Winter. Journal of Tissue Viability 2006;16(2):20-23

Une plaie aiguë est une blessure qui provoque une lésion de la peau et parfois des tissus. On divise les plaies aiguës en deux catégories principales :

  • Plaies traumatiques aiguës, telles que les abrasions, les lacérations, les pénétrations ou les morsures et les brûlures
  • Plaies chirurgicales aiguës à la suite d’incisions chirurgicales

plaie aiguë

 

Plaies aiguës : signes et symptômes

  • Coupure ou déchirure de la peau
  • Saignement, gonflement, douleur ou mobilité réduite de la zone affectée
  • Il peut y avoir présence de saletés ou de corps étrangers dans la plaie
  • L'exsudat est généralement limpide.
  • Les plaies aiguës (vastes ou profondes) accompagnées d'un saignement important doivent être l'objet d'une attention médicale intensive afin d'arrêter le saignement et d'évaluer l'atteinte des organes vitaux ou des tissus. 

 

Besoins relatifs au traitement

Les corps étrangers doivent être retirés de la plaie et les tissus nécrosés débridés car ils peuvent représenter un risque d’infection et retarder le processus de cicatrisation. Il peut être approprié de nettoyer les plaies à l’aide du nettoyant pour plaies Sea-Clens.

La production d’exsudat fait partie intégrante du processus naturel de cicatrisation (1), mais l’exsudat doit être pris en charge de manière appropriée. La quantité d’exsudat est souvent élevée lors de la phase inflammatoire de la cicatrisation. Une fuite d’exsudat sous le pansement peut endommager la peau périlésionnelle. L’exsudat doit être absorbé et pris en charge par un pansement qui maintient un milieu humide favorisant la cicatrisation. Cela permet de favoriser le processus de cicatrisation et de réduire la formation de cicatrices. (2-3)

Avec des soins appropriés, les petites plaies aiguës devraient se refermer en quelques jours ou quelques semaines, selon la taille, la profondeur et l'emplacement de la plaie.

Les pansements adaptés aux plaies aiguës sont ceux offrant une absorption supérieure, une gestion optimale des exsudats et le maintien d’un milieu humide favorable à la cicatrisation. Cela comprend Biatain Silicone, Biatain adhésif ou Comfeel. En cas d’infection, Biatain Silicone Ag et Biatain Ag sont des choix appropriés.

 

Pourquoi certaines plaies aiguës deviennent-elles chroniques?

Si une personnes présente une pathologie affectant le système circulatoire ou la réponse immunitaire, le processus normal de cicatrisation peut être altéré et la plaie peut devenir chronique. Les plaies chroniques sont souvent définies selon l'atteinte sous-jacentes qui empêche la guérison comme les ulcères de jambe veineux, les ulcères de jambe artériels, les ulcères du pied diabétique ou les ulcères de pression.

Fermer

État de la plaie et de la peau

Nécrose

La présence de tissus morts (nécrosés) dans une plaie est un signe que celle-ci ne cicatrise pas normalement. En savoir plus sur le débridement de tissus nécrosés

Les tissus nécrosés sont souvent noirs ou jaunes. Ils peuvent être mous ou former une croûte (escarre). Les tissus nécrosés peuvent contenir des bactéries. Si les bactéries prolifèrent, la plaie peut s’infecter.

Nécrose

 

Élimination des tissus nécrosés (débridement)

Les tissus nécrosés doivent être enlevés afin de favoriser la guérison de la plaie. Le débridement peut être chirurgical, mécanique, enzymatique (asticothérapie), ou il peut s’effectuer en augmentant la capacité naturelle de l’organisme de détruire les tissus nécrosés (débridement autolytique). 


Choix du pansement

Le processus de débridement autolytique est optimisé lorsque la plaie est maintenue dans un milieu humide. Coloplast propose une gamme de pansements permettant la cicatrisation en milieu humide. Afin d’obtenir un équilibre d’humidité optimal dans la plaie, le pansement hydrocolloïde Comfeel, le pansement hydrophile Triad ainsi que les propriétés uniques du pansement de mousse Biatain favorisent tous le processus naturel de débridement autolytique.


Le gel Purilon est idéal pour un débridement autolytique doux et efficace des tissus dans les plaies nécrotiques sèches ou humides, lorsqu’il est utilisé en combinaison avec un pansement secondaire tel que Comfeel ou Biatain.

Fermer

Peau périlésionnelle

La peau qui entoure la plaie est vulnérable. Cela peut être associé à l’âge, au processus de la maladie, à l'exposition de la peau à l'exsudat, ou à l'adhésif des pansements. En savoir plus sur la peau périlésionnelle.

Macération 

L’exsudat qui s'échappe d'un ulcère peut provoquer la macération, l’imbibition ou le ramollissement ainsi que la dégradation de la peau, résultant d'un contact permanent avec une humidité excessive. La macération peut entraîner une dégradation de la peau, causant ainsi un élargissement de la plaie ou l’apparition d’ulcères satellites. Les tissus macérés sont blancs.

peau macérée


Érythème

Un érythème est une rougeur anormale de la peau causée par la dilatation des vaisseaux sanguins. La rougeur de la peau pér-lésionnelle peut être un signe d’inflammation ou d’infection de la plaie. 


Peau fragile

Lorsque nous vieillissons, la texture de notre peau change. Notre peau devient plus mince, plus fragile et moins protectrice. Si la peau qui entoure la plaie est fragile, les pansements sont plus susceptibles de causer une irritation cutanée. Un examen minutieux de la peau s’impose avant de choisir un pansement adhésif ou non adhésif.

Peau fragile


Choix du pansement

La gamme Biatain offre des pansements dotés de propriétés d'absorption et de prise en charge supérieures des exsudats, pour tous les types d'affections cutanées.

Si la plaie est entourée de peau fragile, un pansement doté d'un adhésif de silicone tel que Biatain Silicone est une excellente solution de rechange, car il peut être utilisé une peau fragile ou saine.

Une peau normale et saine possède une structure lisse et élastique. Avec un traitement de la plaie approprié et l’utilisation de pansements dotés de propriétés d'absorption et de prise en charge supérieures des exsudats, la peau qui entoura la plaie peut être parfaitement saine et convenable pour un pansement adhésif tel que Biatain adhésif ou Biatain Super adhésif.


Si la peau est très fragile, considérez l'utilisation d'un pansement non adhésif tel que Biatain non adhésif ou Biatain Alginate.

Fermer

Exsudat de la plaie

Qu’une plaie soit faiblement, modérément ou fortement exsudative, une absorption et une prise en charge supérieures des exsudats sont essentielles pour une cicatrisation optimale. En savoir plus sur l’exsudat de la plaie

Références

1. White RJ et Cutting KF. British Journal of Nursing 2003;12(20):1186-1201

2. Adderly UJ. Wound Care, mars 2010:15-20

3. Colwell JC et al. Wound Ostomy Continence Nursing 2011;38(5):541-53

4. Enoch B et Harding K. Wounds: A Compendium of Clinical Research and Practice 2003;15(7):213-29

5. Andersen et al. Ostomy/Wound Management 2002;(48)8:34-41

6. Thomas et al. http://www.dressings.org/TechnicalPublications/PDF/Coloplast-Dressings-Testing-2003-2004.pdf

7. White R et Cutting KF. http://www.worldwidewounds.com/2006/september/White/Modern-Exudate-Mgt.html

8. Romanelli et al. Exudate management made easy. Wounds International 2010;1(2).

Lors de la phase inflammatoire de la plaie, le niveau d’exsudat est généralement élevé. Les plaies qui ne cicatrisent pas ou les plaies chroniques stagnent souvent à la phase inflammatoire et peuvent produire une quantité importante d’exsudat. Une augmentation des niveaux d’exsudat peut être un symptôme d’infection ou d’œdème accru.

L’exsudat d’une plaie est un liquide composé de plasma, de globules rouges et de plaquettes. La plus grande partie de l’exsudat de la plaie filtre du système sanguin ou lymphatique vers la région de la plaie, mais les globules rouges et les plaquettes proviennent de capillaires endommagés. La composition et la viscosité peuvent varier d’un fluide limpide et peu épais à une sécrétion épaisse jaunâtre qui contient une grande concentration de globules blancs et de bactéries.


Gestion de l’exsudat

Une mauvaise gestion de l'exsudat peut entrainer une fuite du pansement et une exposition de la peau périlésionnelle à l’exsudat (1). Cette fuite engendre une hyperhydratation de la peau (macération) pouvant retarder la cicatrisation (2,3).

La macération est l'imbibition, ou ramollissement, et la dégradation de la peau suite à un contact permanent avec une humidité excessive. Les tissus macérés sont de couleur blanche et la macération peut entraîner un élargissement de l'ulcère ou l’apparition d’ulcères satellites.


Peau macérée (2,3)

  • Retard de cicatrisation
  • Augmentation du risque d’infection
  • Augmentation du risque de friction
  • Peut entraîner l'élargissement de la plaie

peau macérée


Il est donc très important que l’excès d’exsudat soit retiré de la plaie par un pansement absorbant. (4)

La gestion de l’exsudat, l’élimination par débridement des tissus malsains  et le contrôle de la charge bactérienne font tous partie d'une bonne préparation du lit de la plaie. Le pansement optimal maintient la plaie humide et absorbe l'exsudat en le retenant dans le pansement afin de prévenir la macération.


Pansements pour les plaies exsudatives

Nous recommandons les pansements de la gamme Biatain qui assurent une absorption supérieure des plaies faiblement à fortement exsudatives. Les pansements Biatain absorbent et retiennent efficacement l’exsudat de la plaie, garantissant ainsi  le maintien d’un milieu humide favorisant la cicatrisation. (7,8)

Fermer

Infection de la plaie

Toutes les plaies contiennent des bactéries, même les plaies qui guérissent normalement. Toutefois, si la quantité de bactéries augmente, la plaie peut s’infecter. En savoir plus sur le traitement des plaies infectées

Références

1. Jørgensen et al. International Wound Journal 2005;2(1):64-73

2. Münter et al. Journal of Wound Care 2006;15(5):199-206

3. Reitzel & Marburger. EWMA 2009

4. Ip et al. Antimicrobial activities of silver dressings: an in vitro comparison. Journal of Medical Microbiology 2006;(55):59-63.

5. Basterzi et al. In-vitro comparison of antimicrobial efficacy of various wound dressings. Wounds 2010; juillet.

6. Données consignées (test de laboratoire indépendant effectué par les laboratoires Wickham).

7. Thomas et al. www.dressings.org/TechnicalPublications/PDF/ Coloplast-Dressings-Testing-2003-2004.pdf

Les plaies qui ne cicatrisent pas normalement peuvent présenter un déséquilibre bactérien entraînant une infection locale de la plaie.

Les principaux signes d’infection d’une plaie sont les suivants :

  • Cicatrisation retardée ou arrêtée
  • Odeur
  • Augmentation de la quantité d’exsudat
  • Tissu de granulation absent, anormal ou décoloré
  • Augmentation de la douleur au site de la plaie

plaie infectée

 

Autres symptômes

D’autres symptômes cliniques peuvent se manifester si l’infection se propage aux tissus sains qui entourent la plaie. Selon le type de bactéries, l’exsudat de la plaie peut devenir purulent et la peau périlésionnelle peut être sensible, rouge et douloureuse. Le patient peut également avoir de la fièvre.

Rappelez-vous que les ulcères du pied diabétique ne présentent pas toujours les signes classiques d'une infection locale. 

 

Pansement pour les plaies infectées et les plaies à risque d'infection

Lorsqu’une plaie guérit normalement, un pansement de mousse offrant une absorption supérieure tel que Biatain ou Biatain Silicone est idéal. Si la plaie est infectée ou à risque d’infection, nous recommandons l’utilisation de pansements à l'argent tels que Biatain Ag, Biatain Silicone Ag ou Biatain Alginate Ag. Ceux-ci offrent une absorption supérieure pour les plaies infectées (1-7). Si l’infection se propage au-delà de la plaie, une antibiothérapie systémique doit être associée au pansement à l'argent, à la discrétion d’un médecin. 

Fermer

Ressources

Ressources externes

Pour de plus amples renseignements sur les soins des plaies, vous pouvez communiquer avec les ressources ci-dessous. Liste de ressources externes
Fermer

Organismes de soins des plaies

  • American Academy of Dermatology

Les membres de l’académie comprennent des dermatologues praticiens qui visent l’excellence en matière de soins des patients , d’éducation médicale et publique, de recherche, de professionnalisme et de services aux membres . Pour en savoir plus à propos de  l’académie, visitez  www.aad.org.  

  • Association for Professionals in Infection Control and Epidemiology

L’APIC est une association professionnelle qui a pour mission d’améliorer la santé et la sécurité des patients en réduisant les risques d’infection et autres effets indésirables. Pour en savoir plus à propos de cette association, visitez www.apic.org.

  • Association for the Advancement of Wound Care (AAWC)

L’AAWC est une association à but non lucratif qui s’adresse à toute personne engagée dans le soin des plaies. Pour en savoir plus sur le soin des plaies, joignez-vous à nous à  www.aawconline.org

 

  • Diabetic Foot Study Group (DFSG)

L’objectif du DFSG est de promouvoir des améliorations dans les soins des pieds chez les diabétiques. Pour en savoir plus sur ce groupe, visitez  www.dfsg.org

  • European Pressure Ulcer Advisory Panel (EPUAP)

L’EPUAP assure le leadership et le soutien pour tous les pays européens dans les efforts visant à prévenir et à traiter les ulcères de pression. Pour en savoir plus sur leurs activités , visitez www.epuap.org

  • European Wound Management Association (EWMA)

L’EWMA s’occupe de toutes les questions de nature clinique et scientifique liées à la guérison de la plaie. Chaque année, l’EWMA organise l’un des plus importants événements internationaux sur le traitement et la guérison des plaies en Europe. Pour en savoir plus à propos de cette association, visitez  www.ewma.org

  • International Working Group on the Diabetic Foot (IWGDF)

L’IWGDF travaille à améliorer l'issue des problèmes des pieds chez les diabétiques et à renforcer la communication entre les professionnels de la santé. Pour en savoir plus au sujet de leur travail, visitez www.iwgdf.org.

  • International Association for the Study of Pain (IASP)

L’IASP est le plus grand organisme multidisciplinaire au monde qui soutient l’étude de la douleur et qui applique ces connaissances au soulagement de la douleur à l'échelle mondiale. Pour en savoir plus à leur sujet , visitez www.iasp-pain.org.

  • National Pressure Ulcer Advisory Panel (NPUAP)

La NPUAP est un organisme américain œuvrant à la prévention et à l’amélioration du traitement des ulcères de pression. Pour en savoir plus, visitez  www.npuap.org

  • Strategic Marketplace Initiative (SMI)

Il s’agit d’un consortium de dirigeants représentant les fournisseurs de soins de santé, les sociétés de produits médicaux et pharmaceutiques et les chaînes d’approvisionnement, ainsi que les sociétés de prestation de services, tous unis pour réorganiser et faire progresser l’avenir de la chaîne d’approvisionnement médicale dans le but d’améliorer le marché des soins de santé aux États-Unis. Pour en savoir plus, visitez www.smisupplychain.com.

  • World Wide Wounds

World Wide Wounds est une revue électronique sur le traitement des plaies qui se consacre à fournir des conseils pratiques et des informations sur tous les aspects du traitement des plaies aux professionnels de la santé dans le monde entier. Pour lire la revue, visitez  www.worldwidewounds.com

  • Wound Healing Society

La Wound Healing Society est un organisme à but non-lucratif pour les scientifiques cliniques et en recherche fondamentale, qui œuvrent à améliorer le champ de connaissances sur la guérison des plaies. Pour en savoir plus sur leurs activités, visitez www.woundheal.org

  • Wound, Ostomy and Continence Nurses Society (WOCN)

La WOCN Society est une association professionnelle d’infirmières et d’infirmiers. Elle soutient ses membres par la promotion d'opportunités éducatives, cliniques  et de recherche, pour faire progresser l'excellence des soins de santé offerts aux personnes  qui présentent une plaie, une stomie ou une incontinence. Pour en savoir plus sur cette association, visitez www.wocn.org

  • World Union of Wound Healing Societies (WUWHS)

La WUWHS est un organisme internationale qui œuvre à améliorer les normes des soins des plaies pour les patients ainsi que la prestation des soins de santé par les professionnels. Elle s’applique également à assurer un accès universel à tous les systèmes de santé. Pour plus de renseignements, visitez www.wuwhs.org

Fermer
Fermer

Demande d'echantillons gratuits

Votre demande nous a bien été transmise

Merci

Afficher version PC